Sections

Accident de VTT en 2016 à Murdochville : Jean Laberge est décédé d’un polytraumatisme crânien


Publié le 11 octobre 2017

La SQ est intervenue sur place.

©TC Media - Archives

La coroner Mélissa Amélie Plourde conclut que Jean Laberge, cet homme de 56 ans décédé lors d’un accident de VTT le 30 juin 2016 à Murdochville, est mort d’un polytraumatisme crânien et qu’il s’agit d’un accident.

L’homme de Sainte-Marthe, dans la région de Montréal, a embouti l'arrière d'un camion lourd immobilisé en bordure de la route, dans le stationnement du parc industriel de Murdochville. Il faisait une randonnée en VTT avec un groupe organisé. Vers 17 h, il quitte le groupe et sort du sentier seul pour chercher une station-service. Environ 20 minutes plus tard, M. Laberge n’est pas de retour auprès du groupe et ces derniers décident de partir le rejoindre. Rendus à la station-service, ils constatent que M. Laberge n’y est pas et ils entament des recherches. « Environ 1 h 30 plus tard, une personne retrouve M. Laberge inanimé, assis sur son véhicule tout terrain, le corps par-dessus le volant. Le véhicule a percuté l’arrière d’un camion-remorque stationné. Vers 18 h 51, les ambulanciers arrivent sur place et constatent l’absence de pouls et de respiration. Les ambulanciers débutent puis cessent les manœuvres de réanimation puisque le moniteur défibrillateur semi-automatique enregistre une asystolie prolongée. Le décès est constaté au CLSC de Murdochville», relate la coroner dans son rapport rendu public aux médias ce mercredi.

Une autopsie a été faite le 5 juillet au Centre régional de santé et de service sociaux de Rimouski. Outre les traumatismes liés à l’accident, le pathologiste constate également un problème cardiaque, soit une cardiomégalie pouvant provoquer des arythmies cardiaques. Les analyses toxicologiques se sont avérées négatives pour l’alcool, les médicaments et les drogues.

« Selon les témoignages recueillis, M. Laberge semblait fatigué cette journée-là. Il était moins alerte et plus distrait. Il souhaitait que le groupe arrête dormir à Murdochville et ne pas poursuivre la randonnée plus loin. Le rapport de police indique qu’il n’y avait aucune trace de freinage ni de dérapage avant la collision. Une expertise mécanique du VTT ne rapporte aucune anomalie contributive à l’accident. Selon les observations du pathologiste, les anomalies cardiaques ont pu provoquer un malaise qui expliquerait la perte de contrôle du VTT et la collision. Cependant, l’importance des traumatismes observés par le pathologiste a provoqué le décès de M. Laberge», précise la coroner.