Sections

Gestes sexuels sur des mineurs : Michel Leblanc renonce à sa liberté


Publié le 12 octobre 2017

Michel Leblanc a comparu au palais de justice de New Carlisle pour des accusations de contacts sexuels, incitation à des contacts sexuels ainsi que de leurre informatique.

©TC Media - Frédéric Durand / Gracieuseté SQ

Michel Leblanc, 66 ans, de Chandler, accusé de contacts sexuels, incitation à des contacts sexuels ainsi que de leurre informatique auprès de personnes mineures est maintenant détenu dans ses six dossiers depuis ce matin après le dépôt d’une requête en révocation de liberté.

Il reviendra en Cour le 27 novembre au palais de justice de Percé. Il aurait toujours l’intention de disposer de ses dossiers en plaidant coupable.

Michel Leblanc avait été remis en liberté sous conditions, le 1er mars, une journée après avoir été arrêté au centre-ville de Chandler par les enquêteurs du poste de la MRC du Rocher-Percé de la Sûreté du Québec en lien avec une agression sexuelle sur une personne d’âge mineur.

Il aurait commis ses actes entre septembre 2016 et février 2017. « Une perquisition au domicile du suspect sur la rue Commerciale à Chandler a également eu lieu, ce qui a permis de saisir du matériel informatique pour des fins d’analyse», indique la sergente de la SQ, Christine Coulombe.

Autres dossiers

Arrêté une deuxième fois en moins d’un mois, le 16 mars, Michel Leblanc, de Chandler, devait donner une orientation à ce deuxième dossier, le 26 juin au palais de justice de Percé. Le 16 mars, les policiers de la SQ du poste de la MRC du Rocher-Percé ont procédé de nouveau à l’arrestation de Michel Leblanc en lien avec de nouveaux chefs d’accusation reliés à des agressions sexuelles qui seraient survenues dans les années 70.