Sections

Serge Beausoleil aime ce qu’il voit de son équipe


Publié le 12 septembre 2017

La performance du gardien Jimmy Lemay figure chez les raisons de la victoire de l'Océanic dimanche contre Bathurst.

©Photo TC Media - Joël Charest

ENTRAÎNEMENT.  Après avoir dirigé ses deux premiers matchs du présent camp préparatoire à la prochaine saison, l’entraîneur-chef de l’Océanic de Rimouski tire des conclusions très positives de ce qu’il a vu, chez ses hommes, tout en reconnaissant que bien du travail demeure à faire pour que cette équipe présente ce qu’il veut voir.

 « J’aime la capacité des gars à s’adapter à nos principes qui vont gérer notre Océ-Hockey pour la saison, à savoir de jouer une game qui soit rapide, qui soit physique. On veut essayer de demeurer dans les limites sur l’aspect physique cependant. On a pris un peu trop de pénalités, mais on a joué avec intensité, avec persévérance et ce sont des choses que j’ai beaucoup aimées » de dire le Nic en chef.

Il est clair que chez les questions figure le fait d’avoir accordé 15 avantages numériques en deux matchs au Titan de Bathurst, lesquelles pénalités ont coûté cher. Sur le plan positif, cela a permis à l’Océanic de pratiquer son jeu en désavantage numérique, permettant même à l’équipe d’égaler le pointage dimanche, à court d’un homme.

« Il ne faut pas que regarder les jeunes dans cette situation. C’est un aspect qui est adressé. Entre l’intensité, la robustesse et la légalité, il faut toujours demeurer dans les normes. Dans le moment, nous y allons de plusieurs expériences dans le but de voir qui auront certains rôles dans notre alignement. Dimanche, nous avons donné deux filets en désavantage numérique sur des mauvais positionnements et des mauvaises lectures » constate Serge Beausoleil.

MAUVAISES PÉNALITÉS ET MISES EN JEU

« On donne à des gars des chances. On ne retient pas nécessairement qu’ils font une erreur, car c’est la normalité. C’est qu’ils soient capables par la suite d’apprendre de ces erreurs-là pour que la prochaine fois, le positionnement, le bâton et tout ce qui s’en suit soient là et nous permettent d’être efficaces dans cet important jeu qui est de tuer les pénalités. »

À ce niveau, Serge Beausoleil a aussi retenu que sa formation a donné deux buts à 3 contre 5 dans ces deux rencontres du week-end. Si certaines pénalités peuvent avoir été contestées, il n’en demeure pas moins que le coach rappelle que les pénalités de robustesse, jusqu’à un certain égard, il va les tolérer.

« Mais les pénalités avec bâton, des accrochages, des cinglages, des bâtons élevés, ça m’agace énormément, parce qu’on doit contrôler notre bâton. Faisons bouger nos jambes plutôt que le bâton. »

L’autre aspect qui annonce du travail à faire est celui des mises en jeu alors que l’Océanic a perdu 76-46 à ce niveau dans les deux matchs de fin de semaine. Il ne blâme pas nécessairement les joueurs de centre dans ce dossier, rappelant que de gagner une mise en jeu est un travail collectif.

« Bathurst est une équipe qui est très solide au centre. Et deux de nos centres réguliers ne sont pas dans l’alignement actuellement. Mais au-delà de ça, souvent il y a de ces mises en jeu où tu la gagnes lors de la casse, mais tu la perds par la réaction des ailiers. Nous devons absolument améliorer cet aspect de notre jeu. »

POURSUITE DES EXPÉRIENCES

D’autre part, si les matchs préparatoires permettent aux entraîneurs d’y aller de diverses combinaisons pour voir qui va le mieux avec tel autre joueur, il est important de voir qu’Alexis Lafrenière a une passe sur le but de l’équipe en désavantage numérique dimanche.

« Il ne jouait pas en désavantage numérique en midget AAA. Il y jouait beaucoup à 5 contre 5 et en avantage numérique et nous allons continuer de faire des essais de toutes les façons. On veut exploiter son talent et aussi le pousser en dehors de ses zones de confort. On veut voir comment il réagit et là-dessus, il a provoqué avec son bâton un très beau revirement, ce qui a permis à Yanik Bertrand de marquer le but égalisateur. Mais c’est un très bon exemple qui est soulevé et c’est le genre de test que l’on fait actuellement.

« Dimanche, nous avons affronté Bathurst qui avait toute sa défensive sur la patinoire sauf Elijah Francis, tandis qu’il nous manquait Charles-Edouard D’Astous et Vincent Martineau qui est sur le bord d’un retour et qui jouera aussi un rôle important. C’est donc très encourageant de ce côté-là. »

« Et nos deux gardiens ont été solides en fin de semaine. De Jimmy Lemay dimanche, il a reçu trois lancers à bout portant dans une séquence et en fusillade, il ne donne pas un filet. C’est pas mal ce qui nous permet d’aller chercher la victoire. Il a connu une très belle performance contre Bathurst, une équipe contre qui il performe très bien. Et Ellis aussi est très solide. Les deux gardiens travaillent fort et la défensive devant eux sera plus étanche. Il faut qu’on travaille là-dessus. Ce sont des aspects qui sont importants pour nous, pour la suite » de conclure l’entraîneur-chef de l’Océanic.