Sections

Une élection qui pourrait influencer le dossier de la cathédrale


Publié le 3 décembre 2017

Les trois marguilliers élus ce soir : Victor Lepage, Jean-Yves Roy et Albert Carré.

©Photo TC Media Pierre Michaud

FABRIQUE. La Fabrique Saint-Germain accueille trois marguilliers, dont un réélu, à la suite d’une assemblée qui pourrait avoir un impact important sur le dossier de la cathédrale Rimouski.

Plus de 200 personnes étaient réunies à l’église Saint-Pie-X, pour élire des représentants pour les paroisses (on dit maintenant « milieux de vie ») de Saint-Germain, Saint-Pie-X et Pointe-au-Père au sein de la Fabrique Saint-Germain, la seule qui subsiste officiellement dans les limites de Rimouski, à part Le Bic. On y a appris que les vœux de l’archevêque Bertrand Blanchet, en 2007-2008, lors du regroupement des paroisses, avaient été que chacune de celles-ci ait un délégué dûment élu. Les trois marguilliers pourraient avoir leur mot à dire dans les éventuelles prises de décision de la Fabrique concernant la cathédrale, sa propriété.

Le président de la Fabrique Saint-Germain, Normand Lavoie, a dû faire quelques rappels à l’ordre mais l’assemblée s’est somme toute déroulée dans le calme. On constate que bien des citoyens ignorent les distinctions entre le droit canonique et le droit civil. Le Code Morin et la Loi de fabriques diffèrent. Des citoyens ont pu s’exprimer, même s’il leur a fallu réclamer un microphone.

Le secrétaire de la Fabrique, Michel Lavoie, et le président, Normand Lavoie.
Photo TC Media - Pierre Michaud

Puisque Victor Lepage, dans Saint-Pie-X, et Albert Carré, dans Sainte-Agnès-Saint-Yves, ont été élus sans opposition, il n’y aura eu finalement eu qu’un seul scrutin, pour choisir entre René Roy et Jean-Yves Roy, pour représenter Pointe-au-Père. C’est le second qui l’a emporté. Le vainqueur est l’ex-député fédéral bloquiste de Haute-Gaspésie-La-Mitis-Matane-Matapédia. Pour cette élection, il a récolté 154 votes sur 216 exprimés.

Jacques Landry

Le président du Regroupement diocésain pour la sauvegarde de la cathédrale de Rimouski, Jacques Landry, apparaissait satisfait de ce développement, lui qui s’est assuré de faire circuler l’information afin que cette assemblée soit achalandée. M. Landry a aussi été appelé à commenter la proposition du photographe Michel Dompierre. Ce dernier suggère de sauver la cathédrale en en faisant un musée d’art sacré. Son idée est extrêmement bien reçue, car elle permet de rallier les voix discordantes et d’éviter la délicate étape de la désacralisation que plusieurs redoutent.

« Michel Dompierre ouvre une voie intéressante. Il faut trouver des façons de faire débloquer le dossier. La cathédrale est fermée depuis trois ans (en raison de son délabrement). Il vient apporter quelque chose au débat. Et tout ce qui pourrait faire débloquer le dossier de la cathédrale est le bienvenu », confie M. Landry, à qui nous avons soutiré un sourire en ajoutant « Comme l’élection de ce soir? »