Carrières Avis de décès Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

09 avril 2019

Adeline Mantyk - amantyk@lexismedia.ca

Grande Place : Harold LeBel affirme qu’il n’est pas trop tard pour un « bill » privé

Grande Place rimouski

©Archives - L'Avantage Rimouski

Le député de Rimouski, Harold LeBel, estime qu'il est encore temps de déposer un projet de loi (bill) privé sur le projet de revitalisation de la Grande Place, afin de le faire adopter avant la fin des travaux parlementaires de l’Assemblée nationale à la mi-juin.

Le député explique que depuis la semaine dernière, l’idée du « bill » privé a fait son chemin et que la Ville de Rimouski se prépare à rédiger le projet. « Il aurait fallu déposer le projet de loi privé avant le 4 février pour qu’il puisse être analysé dans les temps. Mais il est encore possible de le faire par un autre mécanisme. Je devrais aller convaincre les leaders parlementaires des différents partis de placer le projet de loi à l’ordre du jour. »

M. LeBel explique que la Ville doit rédiger le projet de loi privé et l’envoyer à l’assemblée nationale : « Le ministère concerné, celui des Affaires municipales, doit ensuite donner son avis sur le projet, dès que son avis est donné, le projet revient à l’Assemblée nationale et peut être placé pour le processus d’adoption. »

Délais serrés

Le député affirme toutefois que les délais sont très serrés, mais qu’il est faisable de faire adopter le projet avant la fin de la session parlementaire, soit vers la mi-juin, si tout va pour le mieux. « J’ai bon espoir que cela puisse fonctionner. Cela incitera peut-être, entretemps, les sept personnes qui n’ont pas signé à le faire. »

Le député confirme que le projet de loi privé serait rédigé en fonction de la dernière version du projet présenté par Groupe Sélection, soit celle signée par 90 propriétaires riverains.

M. LeBel ajoute qu’un député devra parrainer le projet en chambre, mais que le code d’éthique de l’assemblée nationale ne lui permet pas de le faire, étant lui-même copropriétaire à Place Saint-Laurent. Il indique que le chef parlementaire intérimaire de son parti, Pascal Bérubé, est prêt à le faire.

Après avoir essuyé une fin de non-recevoir de la part de sept des 97 propriétaires riverains au terme du sursis donné par Groupe Sélection la semaine dernière, l’entreprise avait décidé de se donner du temps pour analyser ses options. 

Commentaires

9 avril 2019

Bernard T.

Pour répondre à un certain commentaire de SC, les 7 personnes ont un droit sur les stationnements et non un droit de vue, alors oui les citoyens ont le droit de chialer puisqu'il y a blocage du projet pour de mauvaises raisons.

9 avril 2019

Mike

Si ce n'était qu'un droit de stationnement , alors pourquoi pas une autre tour de dix étages et plus de places de stationnements ? Non, il y avait sûrement une entente conclue en 2010 entre Réseau Sélection , la ville et la totalité des riverains qui limitait la hauteur du bâtiment devant remplacer la Grande Place qui doit être incontestablement ďémolie . La ville est liée par cette entente mal ficelée. Pourquoi ne pas dévoiler la teneur de cette entente de 2010 ? Pourquoi avoir élaboré à grands coûts des plans architecturaux sans avoir consulter les propriétaires riverains avant sur leur acceptabilité , ce , avant de les rendre publics en grande pompe? Que va-t-on faire des 7 dissidents , les reconduire aux limites de la ville ? Les macarons , ça va faire le FarEast .

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média