Sections

Djanick Michaud attend de voir Marc Parent dévoiler ses intentions


Publié le 16 juillet 2017

Le candidat à la mairie de Rimouski, Djanick Michaud.

©Photo Michel Dompierre

ÉLECTIONS. Le candidat à la mairie Djanick Michaud, réagit timidement à la situation délicate dans laquelle se trouve le maire de Rimouski, Marc Parent.

Pierre Chassé.
Photo gracieuseté

M. Parent se trouve tiraillé entre la parole donnée à ses collègues du conseil municipal, à l’effet qu’il ne se présenterait pas aux élections de novembre 2017 si on lui confiait la tâche de succéder à Éric Forest pour un an. M. Forest a mis fin prématurément à son mandat en novembre dernier. Un maire par intérim ayant des intentions de se présenter aux élections l’année suivant aurait un avantage sur ses concurrents. On tentait donc d’avoir un maire pour un an qui ne profiterait pas de la situation pour se faire du capital politique. Un organisateur politique bien connu, Bertrand Potvin, appuie l’éventuelle candidature de M. Parent.

Marc Parent
Copyright Yvan Couillard

« Nous sommes en démocratie, alors, restons démocrate et laissons les intéressés s’exprimer et prendre leur décision. Je ne sais pas si cela serait injuste pour les autres candidats, je ne me suis pas vraiment interrogé sur la question. Quand Marc Parent lèvera son drapeau pour dire qu’il est candidat, s’il le fait, je réagirai en conséquence. »

Pierre Chassé

Un autre candidat, Pierre Chassé, craint que cette campagne en faveur de M. Parent crée un malaise au sein du conseil municipal. « Cette situation amène une dynamique un peu particulière au conseil municipal. Je ne m’opposerai jamais au droit d’expression, à la liberté de la presse, ni à l’exercice du droit démocratique pour les candidats et les électeurs, mais je crois que Marc Parent doit se regarder dans le miroir avant de prendre une décision sur sa candidature. Pour ma part, je me suis disqualifié très rapidement de l’élection du maire (intérimaire), parce que je trouvais que cela représentait un avantage injuste. »

Une autre candidate, Chantal Pilon, préfère s'abstenir de commenter ce dossier, tant que la candidature de Marc Parent demeure hypothétique.